4 étapes pour améliorer vos dessins de portraits

Envoyer à un ami
  • 22
  • 1
  •  
  •  

Un visage humain est un des sujets les plus difficiles à dessiner. Il peut donc être très vite frustrant de voir que vous n’arrivez pas à atteindre la ressemblance et le réalisme que vous recherchiez dans votre portrait.

Je ne vais pas vous montrer étape/étape comment je dessine un portrait (ce genre de tutos n’ont pas vraiment d’utilité et vous n’apprendrez pas grand chose).
Au contraire, je voulais vous partager ce qu’il se passe à l’intérieur de la tête d’un dessinateur lorsqu’il dessine un portrait.

Je suis certaine qu’après-application des conseils partagés dans cet article, vos portraits sembleront tout de suite plus réaliste.

Pourquoi le dessin de portrait est difficile ?

« Es-tu comme moi ? »

Le dessin de portrait ne pardonne pas l’erreur, car en tant qu’humain, nous sommes câblés pour voir quand « quelque chose ne va pas » sur le visage de nos semblables.
Nos expressions faciales nous permettent de communiquer plus précisément avec autrui.

D’ailleurs, avez-vous déjà réfléchi à l’importance des sourcils sur un visage ?
La seule utilité des sourcils est de nous permettre de communiquer nos sentiments aux autres, sans avoir besoin de parler.

Par conséquent, lorsqu’un visage n’est pas « naturel », il nous semble étrange. Comme si quelque chose n’allait pas. C’est ce qui arrive souvent dans trois cas de figure : les visages ayant eu recours à la chirurgie, les robots humanoïdes et les visages modélisés en 3D.

L’usage de chirurgie esthétique/réparatrice

Il suffit de voir les visages de toutes ces célébrités qui abusent du botox et de la chirurgie esthétique.
Ne trouvez-vous pas qu’il est plus agréable à l’œil de voir un visage naturellement vieillit, plutôt qu’un visage paraissant artificiellement jeune ?

Avant/Après de Joans River. Les méfaits de la chirurgie esthétique sur un visage humain.
Avant/Après de Joans River. Les méfaits de la chirurgie esthétique sur un visage humain.

Les robots

On voit souvent fleurir sur le net des vidéos de robot à l’aspect humain. Les proportions sont gardées, les poils du visage et cheveux sont extrêmement réalistes, et pourtant, notre cerveau nous dit quelque chose ne va pas.
Ce phénomène s’appelle le « uncanny valley ».

Hiroshi Ishiguro et son robot androïde. Malgré une meilleur symétrie, on sent que quelque chose chose ne va pas, non ?

L’idée du « uncanny valley », c’est qu’à force de vouloir se rapprocher du réalisme d’un humain, on finit à un moment par créer un humain «monstrueux».
Je vous le disais, nous autres, « réels humains » sont très fort pour reconnaître quand nous avons en face de nous nos semblables… ou de pâles copies.

Les modèles 3D… et les portraits dessinés !

Il en va de même pour les modèles 3D.

Plus un artiste 3D tentera de modéliser un visage humain réaliste, plus il aura de chances à un moment de créer un portrait « uncanny ».
C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle de plus en plus de grosses productions de jeux vidéo préfèrent scanner des visages réels (souvent d’acteurs) plutôt que de créer un visage de 0.

Les personnages du jeu vidéo "Mass Effect : Andromeda" ont un visage "uncanny valley"
Les personnages du jeu vidéo « Mass Effect : Andromeda » sont un bon exemple de l’aspect « uncanny valley » sur des visages modélisés en 3D

Après tout, la nature peut-être copiée, mais difficilement égalée !

Vous comprenez maintenant POURQUOI le dessin de portrait est si complexe. Même en dessin, ce phénomène « uncanny valley » peut nous empêcher de rendre grâce à toute la beauté qui peut émaner d’un portrait.

Mais heureusement pour nous, il y a des moyens d’améliorer facilement ses portraits, à condition que l’on se mette dans le bon état d’esprit.

1. Avoir une bonne observation

Un des pré-requis pour réussir un dessin de portrait, c’est d’avoir une bonne observation. Le dessin d’observation est INDISPENSABLE, que vous souhaitiez recopier n’importe quoi (ou qui) autour de vous ou que vous souhaitiez CRÉER n’importe quoi.

Un avant/après de Sev, élève de la formation sur le Dessin d’Observation

Faites le test : si vous n’arrivez pas à recopier avec un maximum de précision le cube ci-dessous, vous aurez des difficultés à recopier un portrait.

Pourquoi ? Lisez la suite.

2. Penser « en volume »

Le dessin en volume, c’est la vraie bête noire de 99% des dessinateurs (moi y compris !!). Et pourtant, travailler ce qu’on appelle sa « vision en volume » est indispensable pour redonner du réalisme à un portrait.

Qu’est-ce que la « vision en volume » ?

Il y a de grandes chances que vous possédiez 2 yeux, n’est-ce pas ? 😀

Ces deux yeux (tous comme les sourcils au début de l’article) ont une utilité : ils vous permettent de voir le monde qui vous entoure en 3D.
Et oui, car le monde « réel » n’est pas une simple feuille de papier ou un écran d’ordinateur.

Dessiner, c’est transformer ce monde 3D en monde 2D (la feuille de papier).
Ce processus fonctionne grâce à votre vision en volume.

L’utilisation de la perspective notamment permet de transformer un décor 3D sur une feuille 2D.
Sachez que même un visage est contraint par la perspective.

Transformation d'un décor 3D en image 2D grâce aux principes de la perspective.
Transformation d’un décor en 3D en image 2D

Comment voir en volume ?

Pour vous aider à bien voir les volumes de vos modèles, voici quelques astuces.

Conseil n°1. : Dessinez d’après-réel

Je vous en parlais plus haut, votre pouvoir en tant qu’humain, c’est que vous voyez déjà en volume. Cependant, si vous recopiez votre portrait d’après une photo vous ne verrez plus qu’un plan 2D (la photographie).

Dessiner d’après-réel vous permettra de mieux observer en déplaçant parfois légèrement votre point de vue.
Vous ne comprenez pas bien le nez de votre modèle ?

Déplacez-vous légèrement de gauche à droite pour mieux voir les volumes qui constituent son nez.

Portrait au trait
Il est possible de représenter des volumes 3D avec un simple trait

Si vous n’êtes pas habitué de dessiner d’après-réel, vous aurez quelques difficultés.
Mais c’est tout à fait normal ! Vous avez tout simplement fait plus travailler votre observation que votre vision des volumes.

En clair : vous êtes plus habitué à copier de la 2D => 2D que 3D => 2D
Par conséquent, l’observation « plate » a pris le dessus sur l’observation « de vision en volume ».

C’est d’ailleurs pas pour rien que 99% des gens ont dû mal avec la vision en volume… nous recopions pour la plupart d’entre-nous des photographies trouvées sur internet, n’est-ce pas ?

Conseil n°2. : Attention à la lumière de votre portrait

Deuxième conseil pour mieux voir vos volumes, c’est de choisir une référence photographique correcte au niveau de la lumière.
Regardez les photos de portraits ci-dessous.

Différents angles de flash sur un portrait – Copyright https://www.diyphotography.net

Vous voyez à quel point la lumière modifie la perception des volumes du visage ?
Si le visage de votre modèle est éclairé de face, il y a fort à parier que vous ne verrez pas grand chose en terme de volumes.

Préférez donc les photographies possédant une lumière prise sur le 3/4 du visage. De manière générale, choisissez des photos prises par des professionnels comme références pour vous entraîner.

Et si vous souhaitez dessiner d’après-réel, tournez-vous de manière à ce que votre modèle n’ai pas trop la lumière totalement de face, de dos, ou de profil !

3. Connaître certaines notions anatomiques

Ahhh l’anatomie, la deuxième bête noire des dessinateurs (vous comprenez maintenant pourquoi le portrait est un art compliqué ?!).

L’anatomie humaine d’un visage pourrait être simplifiée en 2 catégories : le crâne, les muscles.

En vérité, il existe d’autres paramètres à prendre en compte, mais nous en parlerons dans un autre article spécialisé sur l’anatomie d’un visage.

Le crâne humain

Loin de moi l’idée de vous faire un cours sur l’anatomie d’un visage. Ce serait trop long, et de toute façon, une formation vidéo est prévu.
Retenez simplement quelque chose de tout bête.

Le crâne humain est constitué de deux parties : la boîte crânienne et la mâchoire.

Seule la mâchoire est mobile, exécutant une rotation au niveau du bas des oreilles : l’articulation temporo-mandibulaire. (pas besoin de retenir le nom)

Faites le test.
Tenez-vous le menton (comme quand vous jouiez à « Je te tiens, tu me tiens, par la barbichette… »), puis ouvrez la bouche.

Vous sentez votre menton qui part légèrement vers l’arrière ? C’est un détail, mais cela a son importance.
Une bouche qui s’ouvre n’est pas qu’une lèvre inférieure qui descend vers le bas. Prenez ce paramètre en compte, et votre portrait gagnera automatiquement en crédibilité.

La prochaine fois que vous essaierez de dessiner une bouche ouverte, n’oubliez pas cette rotation.

Muscles de la face

Après les os humains, place aux muscles ! Encore une fois, je ne vais pas vous expliquer tous les muscles que nous possédons sur notre visage… car il y en a pas mal… 43 muscles faciaux pour être exacte et 94 muscles pour une tête entière !

À la place, une méthode qui fonctionne pas mal pour moi est de retenir simplement ces 3 zones musculaires.

Le donut de la bouche

Oui, on est d’accord, le terme n’est clairement pas anatomique, mais ça ne vous fait pas penser à un donut ?


Comme vous pouvez le constater, il y a énormément de muscles pour pouvoir faire bouger une bouche. Alors pour simplifier, retenez simplement que cela fait penser à un donut… ou même à un gros élastique à cheveux.

Si vous tirez un côté (pour ouvrir la bouche), les commissures se rapprocheront.

C’est bien évidemment plus complexe, mais penser les muscles de la bouche de cette manière m’a clairement aidé à rajouter du réalisme à mes portraits.

La zone T

Vous avez sûrement dû entendre ce terme, « la zone T ».
J’aime bien cette zone, car elle est constituée de toute l’arcade sourcilière (vous vous souvenez de l’importance des sourcils ?), ainsi que la petite zone entre les deux yeux.
Cette petite zone a souvent tendance à se plisser lorsqu’une personne est énervée…. Et de manière différente en fonction du type d’énervement !

Les paupières inférieures

On connaît tous les paupières supérieures. Mais j’appelle paupière inférieure la zone où la paupière supérieure se pose. Et aussi étonnant que cela puisse paraître, ces paupières sont mobiles aussi !
Pas autant que leurs homologues supérieures, mais ce sont souvent ces petits détails qui font la différence dans un regard.

Vous pouvez les relever légèrement pour faire sourire un portrait, sans toucher à sa bouche ! Magique non ?

Ce n’est pas pour rien qu’on parle souvent de « sourire avec les yeux ».

Si vous sentez que vous stagnez dans votre progression du dessin de portrait, travaillez votre anatomie. Cela devrait vous débloquer.
Vous pouvez notamment vous procurer un écorché anatomique.

Vous pouvez d’ailleurs accéder au test de l’écorché de 3D Total dans cet article si cela vous intéresse.

4. Oubliez ce que vous dessinez

Là, vous êtes en train de vous dire :

« J‘ai appris tout ça pour tout oublier quand je dessine ?! »
Non, pas vraiment.

Nous dessinons des visages depuis tout petit. Sauf qu’en tant qu’enfant, nous dessinons ce que nous nous rappelons plus que ce que nous observons.
En grandissant, nous gardons ces réflexes.

C’est comme ça que vous vous retrouvez avec des amandes symétriques à la place de véritables yeux anatomiquement correctes.

2001
2009

Ce que je veux dire par « oubliez ce que vous dessinez », c’est qu’il faut que vous essayiez au maximum de taire cette petite voix qui dit « je dessine un œil ».
Car en pensant comme ça, vous risquez de dessiner le symbole d’un œil, comme vous l’avez fait depuis des années.

À la place, pensez plutôt comme un artiste : « un globe oculaire est une sphère », « une paupière repose sur un globe oculaire », « la paupière a une épaisseur et des cils sur sa tranche » etc etc…

Vous voyez la différence ?

Zoomez votre pensée sur des micro-détails plutôt que sur la généralité « je dessine un œil ».
Ce point est peut-être le plus complexe à comprendre… et pourtant c’est le plus important.

Vous arrêterez de « penser comme un enfant » à partir du moment où vous travaillerez un maximum votre observation et votre dessin de compréhension.

Et pour ça, si vous souhaitez aller plus loin, je ne peux que vous conseiller la formation pour apprendre le dessin d’observation que vous pourrez trouverez ici.

Un visage n’est PAS symétrique

Dans le même ordre d’idée, le dessinateur débutant se plaindra toujours de ne pas arriver à faire deux yeux identiques.
Ce dessinateur débutant même qui aura tendance à dessiner un portrait de face, parfaitement droit et symétrique.

Hors, aucun visage est 100% symétrique.

Vous pouvez même faire l’expérience en vous prenant en photo et en copiant la partie droite de votre visage, en faisant une symétrie et en la positionnant sur la partie gauche de votre visage, de cette manière :

Visage de Georges Clooney si il possédait un visage parfaitement symétrique
À gauche, portrait de Georges Clooney avec un visage parfaitement symétrique. À droite, l’original. Le portrait de gauche est un peu « uncanny » non ?

Dans tous les cas n’oubliez pas, zoomez votre pensée !

Laisser un commentaire