Le dessin est-il inné ? Pourquoi c’est une mauvaise question

Envoyer à un ami
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je n’ai pas de talent en dessin. »

« Il a du talent ! »

Qui n’a pas déjà prononcé ou entendu ces phrases ?

Ce sujet de la facilité naturelle revient en permanence dans l’art, toutes disciplines confondues.

Que cachent ces affirmations ?

L’existence possible d’un don de la nature dont certains seraient dotés à la naissance.

Aussi, il est normal de se demander : le dessin est-il inné ?

Voilà une question pour laquelle j’ai un avis assez tranché !

Non, savoir dessiner n’est pas inné

Avoir un don pour le dessin : une idée reçue à démythifier

Commençons par chasser cette idée reçue selon laquelle certaines personnes disposeraient d’un talent pour le dessin de manière innée. Que signifie ce mythe ?

Qu’à la naissance, elles seraient dotées d’une aptitude supérieure aux autres pour dessiner ?

Qu’elles auraient un don, un génie créatif qui les rendrait naturellement douées pour les arts plastiques ?

Ainsi, leur savoir-faire serait inscrit dans leurs gènes. Mieux, il y aurait là une dimension divine.

Vous y croyez vraiment ?

Stop au mythe. Personne ne naît avec un talent incroyable pour le dessin.

Personne.

Un enfant n’arrive pas sur Terre en sachant tenir un crayon entre les doigts. Il apprend tout : à parler, à écrire et… à dessiner.

Je pense que cette croyance nous vient tout droit de la Renaissance.
Cependant, il est faux de croire que le talent de grands peintres comme Léonard de Vinci ou Michel-Ange était inné, voire divin.

Savoir dessiner : un don du ciel ?

Ces artistes ne tiennent pas leur génie du dessin d’un don du ciel, mais de leur travail et, tout au plus, de certaines prédispositions naturelles.

C’est juste qu’à l’époque, personne ne pouvait imaginer l’ampleur du travail nécessaire pour arriver à produire de tels chefs-d’œuvre. Aujourd’hui, avec Internet, on voit tout et on se rend compte que derrière ce que l’on appelle le « talent », il y a surtout de nombreuses heures d’apprentissage.

« Tu as beaucoup de talent » : pourquoi je n’aime pas cette phrase

Je déteste que l’on me dise que j’ai du talent. Vous vous demandez sans doute pourquoi. Pour vous, c’est un compliment, c’est flatteur et il ne faut pas mal le prendre.

Mais qu’est-ce que cela sous-entend ?

  • Que je suis née avec un don.
  • Que je suis talentueuse de naissance.
  • Que j’ai eu de la chance.
  • Que je n’ai pas été active dans mon parcours.

Or, ce n’est pas le cas.

Je ne suis même pas née avec des prédispositions particulières pour mon art.
J’ai simplement travaillé dur pour progresser en dessin, jusqu’à parvenir à vivre de ma passion.

Des prédispositions plutôt que du talent en dessin

Je préfère parler de prédispositions plutôt que de talent inné. Je crois en effet que certains, par exemple :

  • ont une meilleure vision dans l’espace ;
  • discernent mieux les couleurs.

Alors, compte tenu de cette compétence qui leur est propre, ils auront tendance à mieux réussir que d’autres personnes.

Je l’ai dit, je n’avais pas d’aptitude particulière pour travailler dans le dessin. Et pourtant aujourd’hui, je suis directrice artistique à BlackMuffin Studio et donne des cours de dessin en ligne. Regardez l’une de mes réalisations de jeunesse :

Là, c’est moi au collège : une future professionnelle du dessin !

En la voyant, rien ne laisse présager que j’allais devenir dessinatrice professionnelle. Et pourtant !

La preuve qu’il n’y a pas besoin d’être doté de capacités supérieures à la normale pour être bon en dessin.

L’absence de prédispositions vous bloque pour apprendre à dessiner ? Sachez qu’elles ne représentent que 5 à 10 % du résultat final. Le reste, c’est du travail… et de la passion.

Pourquoi certaines personnes savent dessiner mieux que d’autres ? Explications

La passion, l’ingrédient essentiel pour savoir bien dessiner

Sans passion, les résultats sont difficiles à obtenir. Il est en effet compliqué d’être doué dans un domaine que l’on n’aime pas. Ce principe s’applique à tout.

Vous n’arriverez pas à rédiger de beaux poèmes si vous n’avez pas le goût de l’écriture ; vous ne parviendrez pas à vendre des voitures si vous n’avez pas un penchant pour la mécanique et les belles carrosseries.

Les exemples peuvent se décliner à l’infini.
Prenons deux enfants avec une situation sociale équivalente :

  • L’un aime le dessin : il prend un réel plaisir à réaliser ses œuvres.
  • L’autre n’aime pas dessiner : il s’ennuie devant sa feuille de papier et préfère jouer.

Vous vous en doutez, le second ne deviendra jamais illustrateur, tout simplement parce que ce n’est pas son truc.

La passion est déterminante pour avancer, se perfectionner et même reprendre le dessin après une longue pause.

On ne naît pas dessinateur, on le devient

Être bon en dessin : talent ou apprentissage ?

Apprentissage, sans aucun doute !

Ce qui différencie une personne que l’on dit talentueuse en dessin d’une autre, c’est la pratique. Celui qui est doué cultive depuis tout petit sa fibre artistique, avec régularité.

Enfant, j’ai pu me consacrer à ma passion du dessin. J’y prenais beaucoup de plaisir et ai passé des heures un crayon à la main. Tout ce temps passé à pratiquer a été bénéfique. Mes parents me soutenaient. J’ai pu me former et améliorer encore ma technique jusqu’à vivre du dessin aujourd’hui.

Gardez cette phrase en tête façon Simone de Beauvoir : on ne naît pas dessinateur, on le devient.

Et comment le devient-on ?

Uniquement par l’entraînement, en commençant par apprendre les bases du dessin.

Le dessin est-il inné ? Assurément, non.

« Le dessin est inné », « Je n’ai pas de talent en dessin » : des croyances limitantes à dépasser

Affirmer que vous n’avez pas de talent en dessin est une excuse que vous vous trouvez. Se dire « Je n’ai pas de talent donc je ne vais pas y arriver » est une croyance limitante à dépasser.

Le premier conseil que j’ai envie de vous donner est de ne pas chercher à vous comparer.

Certaines personnes ont des prédispositions pour le dessin, c’est vrai. L’un de mes maîtres est Kim Jung Gi, un illustrateur coréen. Il dessine comme une imprimante. Impressionnant ! Je l’admire, pour autant, je ne cherche pas à me comparer à lui !

Kim Jung Gi dessinant une fresque directement sur support, sans esquisse ni préparation
Crédits photo : Kim Jung Gi

En course à pied, on cherche à améliorer son propre temps, pas celui du champion du monde du 10 000 m. En dessin, c’est la même chose : comparez-vous à vous-même.

Bastien Vivès, un grand nom de la bande dessinée française, explique quant à lui en 2017 lors d’une interview, qu’entre 8 et 10 ans, il passait tout son temps libre dans son monde, à dessiner.

De mon côté, le dessin n’était pas toute ma vie. J’ai aussi beaucoup joué aux jeux vidéo étant jeune.

Par votre parcours et votre niveau, vous êtes unique. Faites avec ce que vous avez. Acceptez l’idée que vous n’avez pas de prédisposition particulière pour le dessin et au lieu d’en faire une excuse pour ne pas sortir de votre zone de confort, travaillez !

Envie de commencer tout de suite ?

Relèverez-vous le défi que je vous ai préparé : 30 dessins en 30 jours ?

↪️ Découvrez le challenge des 30 exercices !

Comments 1

  1. Très intéressant comme article ! Artiste moi aussi, j’entends à peu près pareil et c’est vrai que le dessin s’apprend comme tout le reste ! Le principal frein à toute réussite c’est l’absence de passage à l’action, donc très bonne idée ce défi de 30 jours, je le suivrais avec plaisir ! A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *