Reprendre le DESSIN après une longue période ?

Envoyer à un ami
  • 10
  •  
  •  
  •  

Que l’on soit clair : on a tous perdu le goût au dessin à un moment donné.
Cela peut être pour 2 mois, 2 ans, ou même… 20 ans.

On a tous nos raisons : perte de motivation, occupé à autre chose, ou même un abandon qu’on pensait définitif puisque -de toutes façons- les résultats ne nous semblaient pas au rendez-vous.

Puis au bout de quelques temps, ça nous démange. Le dessin nous manque beaucoup trop, et on a cette irrépressible envie de reprendre.

Dans l’histoire, il y a toujours un déclencheur :

Un dessin, un ami qui nous sort « T’en es où d’ailleurs du dessin ?« , où un moment nostalgie, où on retombe sur un vieux dessin ou super notre set d’aquarelle.

Si vous me lisez en ce moment, c’est peut-être votre cas, et j’espère que je serai votre déclencheur, qui vous donnera ce petit coup de pouce qu’il vous fallait pour vous y remettre.

Mais comment se remettre au dessin pour progresser sereinement, et ne plus abandonner ?

Etape 1. Comprendre pourquoi c’est arrivé ?

J’ai arrêté le dessin pendant de nombreuses années car je découvrais sur un forum que d’autres dessinateurs étaient beaucoup plus talentueux que moi.

Ça a été un tel choc que j’ai COMPLÈTEMENT arrêté de dessiner pendant 4 ans.

Pour quelle raison avez-vous abandonné le dessin ?

Si vous pensez « par manque de temps », il y a de grandes chances que ce ne soit pas la véritable raison.
Réfléchissez plus en détails. Est-ce qu’il n’y a pas eu un élément déclencheur ?

Je suis intimement convaincue que le « manque de temps » n’existe pas. Après tout, nous avons tous le même nombre d’heures dans une journée.

Souvent, l’excuse « par manque de temps » est en fait un changement de priorité.

Le temps que vous allouiez au dessin a été alloué à une autre activité : peut-être plus « productive », peut-être obligé au maintient de votre vie (s’occuper des enfants, faire des heures supplémentaires, ou passer plus de temps à se « détendre »).

Quoi qu’il en soit, essayez de garder un point de vue neutre et sans jugement sur les raisons qui vous ont poussé à un moment donné de votre vie à abandonner.

Etape 2. Mettre en place des choses pour que ça ne se reproduise pas

Maintenant que vous avez défini le -véritable- déclencheur de cet abandon, il vous suffit de faire en sorte qu’il ne se reproduise plus.

Dans mon cas, la comparaison extrême avec autrui me pousse souvent à me démotiver et à mettre de côté le dessin pour quelque temps.
Je l’ai maintenant compris, et j’évite maintenant de trop consommer d’images sur les différents réseaux sociaux.

J’arrête de me comparer, dessine pour mon plaisir sans me soucier des autres.

À terme, vous rencontrerez peut-être un nouveau déclencheur qui vous fera à nouveau mettre le dessin de côté mais c’est pas grave.

À force de corriger ce type d’erreurs, elles ne se produiront plus.

Etape 3. Suivre un plan

Le cerveau n’aime pas quand on ne « ferme pas la boucle ».
« Fermer la boucle » c’est tout simplement terminer une action que vous avez commencé.

En suivant un plan étape/étape, vous aurez moins de risque d’abandonner. Les étapes sont simples : une fois que vous en aurez terminé une, vous n’avez pas à réfléchir (et vous donner le droit d’abandonner), vous n’aurez qu’à passer à la suivante.

Ce plan peut être bien évidemment un cours de dessin structuré.
Mais il peut tout aussi bien être le simple fait de simplement finir une de vos illustrations ou participer à un challenge de dessin.

Etape 4. Remettre du plaisir dans votre pratique

Repensez à la raison pour laquelle vous avez abandonnez.

Nous sommes des êtres assez simples à comprendre : nous poursuivons le plaisir et nous éloignons de la douleur.

Si vous avez abandonné le dessin, c’est qu’à un moment donné vous avez trouvé plus de plaisir ailleurs, ou que vous avez cherché à vous éloigner de la « douleur ».
Alors évidemment, on ne parle pas de douleur physique !!
Vous avez peut-être tout simplement eu l’impression de ne pas avoir assez de résultat pour le temps investis… et qu’on soit clair, gratter du papier à dessiner des modèles vivants encore et encore n’est parfois pas le plus amusant.

Définissez exactement quel a été votre comportement, et tentez de remettre du plaisir dans votre pratique du dessin.

Qu’est-ce que vous aimez dans l’apprentissage du dessin ? Est-ce le simple fait de sentir vos crayons de couleurs glisser sur une feuille Canson ?
Ou représenter le portrait de vos amis afin de leur offrir ?

J’ADORE l’acrylique, et le simple fait de poser la peinture sur une toile et mélanger les couleurs me rendent heureuse.
Alors quand parfois, je suis démotivée, je reprends mes pinceaux et je dessine d’observation le premier objet qui me passe sous la main.

Ce n’est pas « productif », ce n’est peut-être pas la meilleure manière de m’améliorer en dessin, mais j’aime ça, et c’est mon petit plaisir à moi qui me permet de reprendre la peinture quand l’envie est partie.

Etape 4. Accepter que ça fait partie du processus

Actuellement, on essaie tous d’être un maximum productif. « Être en mode… », « travailler comme une machine »… etc…

Hey ! N’oubliez pas que vous êtes un humain. Vous avez le droit de ne pas être tout le temps à 100% ! C’est ok de ne pas être régulier !
Évidemment, je vous conseillerais toujours de dessiner quelques minutes chaque jour plutôt que 4h d’affilés tous les 6 mois !

Mais soyez indulgent avec vous… après tout le dessin est quelque chose que vous aimez, non ? Alors pourquoi se culpabiliser sur une activité qui -à la base- est censé vous apporter du plaisir ?

Alors pensez la notion de plaisir comme votre priorité à l’avenir !

Faire « à minima »

Si vous « n’avez pas envie », pourquoi ne pas simplement observer ce qui vous entoure ? Saviez-vous qu’on pouvait tout à fait travailler le dessin SANS dessiner ? J’en parlais dans cet article.

Éviter de « casser la chaîne »

Ne pas casser la « chaîne » signifie qu’il faut toujours essayer de garder une routine sans perdre l’habitude de dessiner régulierement… mais n’oubliez pas que si vous cassez la chaîne -et vous la casserez-, vous pourrez tout simplement relire cet article et re-appliquer ces conseils, encore et encore jusqu’à ce que vos « temps de pauses » soient de plus en plus courts 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *